Les concurrents suivent un itinéraire qui épouse la configuration des lieux : alternance de sous-bois, de prairies vallonnées et de terrains plats. Des obstacles fixes sont à franchir en un temps limité. Certains sont des combinaisons qui demandent au cheval plusieurs efforts successifs. Pour les obstacles qu’il juge difficiles, le cavalier peut faire le choix d’emprunter les options, il s’agit d’alternatives moins difficiles techniquement mais qui nécessitent de parcourir plus de terrain et donc pénalisantes dans le temps. La vitesse demandée est plus élevée qu’en saut d’obstacles. Elle varie en fonction du niveau, allant de 500 à 570 m/min (30 à 34 km/h), contre 350 à 375 m/min (environ 24 km/h) en moyenne pour le saut d’obstacles. La hauteur maximale d’un obstacle est de 1,20 m. Pénalités au cross : un refus entraîne une pénalité de 20 points (40 points pour une second refus sur le même obstacle). La chute est éliminatoire. Chaque seconde au dessus du temps accordé entraîne une pénalité supplémentaire de 0,4 point.